Festival de marseille
Accueil Biographies KVS

David Van Reybrouck, auteur.
David Van Reybrouck étudie l’archéologie et la philosophie aux universités de Louvain et de Cambridge. Sa première œuvre de « récit-fiction », est publiée en 2001 et lui vaut le prix de littérature flamande pour auteur débutant en 2002 ; sa traduction française est publiée chez Actes Sud sous le titre Le Fléau quelques années plus tard. En 2004, le célèbre acteur Josse De Pauw porte à la scène la première œuvre théâtrale de Van Reybrouck, L’Âme des termites. En 2007, il publie Mission, et les deux textes de théâtre sont publiés en néerlandais et en français. En 2008, il co-édite Pleidooi voor populisme, un plaidoyer en faveur d’un populisme « de qualité » qui suscite la polémique. Entre-temps, il travaille pendant six ans à son livre Congo. Een geschiedenis, devenu un véritable best-seller et traduit en de très nombreuses langues. David Van Reybrouck est aussi poète, et fondateur du Collectif bruxellois de poètes.

 

Raven Ruëll, metteur en scène.
Raven Ruëll termine ses études au RITS (Bruxelles) en 2001 en montant Dans la solitude des champs de coton. Depuis, il a mis en scène de nombreuses pièces dont Mijn Vriend qui lui vaut une nomination au « Prix 1000 Watt » en 2002. Membre du KVS de 2006 à 2010, il enseigne également au Conservatoire de Liège et au RITS (Bruxelles).

 

Bruno Vanden Broecke, comédien.
Bruno Vanden Broecke participe, en 2000 à la fondation du collectif de théâtre SKaGeN et joue régulièrement avec la compagnie De Koe. Il travaille également à plusieurs reprises avec Raven Ruëll  et par extension au KVS. En Belgique, on le retrouve régulièrement sur le grand et le petit écran.

 

Le KVS contribue à la ville de demain et croit au travail artistique qui puise sa substance dans les contextes locaux. Dans cette optique, le KVS rencontre chaque année sur son chemin des artistes, des compagnies, des scientifiques, des penseurs, des activistes et des institutions, tous très divers. Le KVS est un lieu cosmopolite où se reconnaissent et où peuvent se rencontrer des artistes et des publics très hétéroclites. De son ancrage bruxellois, le KVS tend résolument vers le monde, qui est plus grand que l’Europe, par le biais de collaborations et d’échanges avec des artistes, des compagnies et des théâtres internationaux.